Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2008

Les tromperies de Géricault

IMG_0001.jpgLe vrai radeau de la Méduse (huile à l'eau, collection particulière)

Géricault n'était qu'un vulgaire falsificateur !

J'étais au Louvre dernièrement. Sans tambour ni trompette, de Géricault, un jeune universitaire fraîchement diplômé en histoire de l'art, devisait. Un groupe de touristes écoutait le savant sentencieux. Je le cite de mémoire... "... derrière l'architecture de ces corps à l'éclat marmoréen, le peintre a tout simplement omis un détail dans la composition [...] il y eut, lors de cette tragédie, outre la quinzaine de survivants recueillie au bout de douze jours, un rescapé extrait du fatal esquif par un pêcheur à la ligne de passage. Or, ce jeune garçon, ne figure pas sur l'oeuvre finale du peintre! Simple oubli, détestation viscérale pour les rouquemoutes, ou manipulation, nul ne sait! "

Rétablissons donc la vérité historique !